Bible Truth Examiner

Articles en Français

LE PSAUME DU BERGER

 

Sauf indications contraires, toutes les références bibliques sont tirées de la LSG.

« L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. »

 

Psaume 23: 1

 

 

LA FIN DE L’ANNÉE et le début d'une nouvelle  devraient  naturellement  inciter  le cœur et l'esprit de l’enfant consacré de Dieu à louer et remercier son Père  Céleste  pour la bonté et la miséricorde qu'Il a démontrées envers lui au cours de l'année écoulée, mais aussi pour les bénédictions semblables dans l'année qui vient, par anticipation. Nous croyons qu’une étude du Psaume 23, le Psaume du Berger, augmentera notre amour, notre appréciation et notre conFiance dans le Seigneur.

 

David, « le chantre agréable d'Israël » (2 Samuel 23: 1), a écrit ses psaumes aFin    qu’ils soient chantés. Le Psaume 23, qui comprend six versets, a été composé par David, jeune berger,  regardant les troupeaux de son père, dans les mêmes champs     où, mille ans plus tard, les anges annoncèrent la naissance de Jésus. Ce Psaume est le chapitre le plus aimé de l'Ancien Testament. Il a fait l'objet de nombreux sermons et commentaires.

 

Les bergers de l'orient ont un amour et un soin particulier pour leurs brebis, et ce Psaume illustre magniFiquement l'amour et le soin que le Seigneur a  pour  son  peuple. Considérons chaque verset :

 

 

« L’ÉTERNEL est mon berger  »

 

V. 1 : « L'ÉTERNEL est mon berger : je ne manquerai de rien » :

 

Dans les versions anglaises, toutes les lettres du mot « ÉTERNEL »  sont  en  majuscules, indiquant qu’il est ici question de Dieu ou Jéhovah. Dieu est notre Grand Berger, et Jésus notre Bon Berger (Jean 10: 11), sous Dieu. Nous notons que, dans ce Psaume, le Seigneur a choisi des brebis pour symboliser Son peuple. Les caractéristiques principales des brebis sont la douceur, la docilité et l’obéissance envers leur berger. Combien est belle cette image des  caractéristiques  que  le  Seigneur apprécie et qu’Il désire voir chez son  peuple.

 

La deuxième partie de ce verset, « je ne manquerai de rien », montre la pleine  conFiance de David, mais aussi la nôtre, que rien de ce qui nous est nécessaire ne   nous manquera, que le Seigneur pourvoira à  tous  nos  besoins,  temporels  et spirituels. Il peut y avoir des moments où nous ne recevons pas tout ce que nous désirons, mais soyons contents et reconnaissons que, soit notre désir ne serait pas   bon pour nous, soit nous recevrons ce dont nous avons besoin en temps voulu.

 

Les « verts  pâturages » et les « eaux paisibles »

 

V. 2 : « Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. »

 

Les pâturages auxquels David était familier étaient différents de ceux d’aujourd’hui.  Ils étaient vastes avec des parties riches mais disséminées. Dans le texte hébreu «  verts pâturages » est rendu « pâturages d'herbe tendre ». David conduisait ses brebis vers ces pâturages, et si l'une d’elles s'égarait en chemin, il la cherchait jusqu'à ce   qu'il l’aie trouvée et ramenée vers le troupeau. De même, le Seigneur nous conduit dans les « verts pâturages » où nous trouvons le repos de la foi et la paix du cœur. Les « verts pâturages » représentent nos dévotions privées, nos études de Sa Parole et la communion avec les frères.   Si l'une de Ses brebis spirituelles s'égare, Il la  ramène.

 

La deuxième partie, « Il me dirige près des eaux paisibles », indique que le Seigneur nous conduit loin du torrent  abrupte  des  ambitions  mondaines.  Ces  « eaux  paisibles » ne sont cependant pas des eaux stagnantes. La traduction de la version Septante rend clairement : « Il m'a abreuvé d'eau qui coule doucement ».

 

 

Il nous restaure et nous conduit

 

V. 3 : « Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. ».

 

Le Seigneur restaure notre âme ne signiFie pas qu’Il restaure notre corps physique,  ou qu’Il nous ramène à une bonne santé physique. En revanche, cela s’applique à la justiFication à l’essai que le Seigneur nous accorde et que nous avons reçue lorsque nous nous sommes repentis de nos péchés et que nous avons accepté Jésus comme notre Sauveur. Alors que nous avons poursuivi notre vie chrétienne en nous consacrant à Dieu, Jésus en outre est devenu notre Seigneur.

 

Le Seigneur nous conduit « dans les sentiers de la justice ». Le chemin que nous empruntons est clairement montré dans la Parole et les moyens providentiels du Seigneur. Il nous conduit vers la maturité spirituelle. Parfois, le  Seigneur  nous  permet de prendre notre propre chemin, aFin que nous puissions apprendre la leçon selon laquelle Son chemin est le meilleur. La vie est comme un labyrinthe, et il nous serait impossible de naviguer dans son réseau complexe de chemins  sans  la  direction  du Seigneur.

 

Le Seigneur nous conduit « à cause de son nom » — non pas en raison de notre    propre dignité, mais à cause de Sa grâce, car Son honneur est en jeu. Une version intéressante dit : « Il m'aide à faire ce qui l'honore le plus. »

 

 

Sa houlette et Son bâton nous  confortent

 

V.  4 : « Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal,   car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent ».

 

L'humanité traverse la « vallée » du péché depuis plus de soixante siècles. L'« ombre

» Figure les rigueurs de la malédiction, qui aboutissent à la mort pour tous les hommes. Mais la bonne nouvelle, c’est que le règne du péché et de la mort est sur le point de se terminer, car l'humanité entrera bientôt dans le règne Millénaire de droiture et de vie de Christ.

 

Mais même pendant ce présent règne du péché et de la mort, le peuple du Seigneur

« ne craint aucun mal ». Et pourquoi donc ? Parce que « Tu es avec moi »  —  le  Seigneur est avec, et pour Son peuple. Il reconnaît que même la mort n'affecte pas   son âme, car il a conFiance en la promesse du Seigneur d’une résurrection des morts. David écrit dans le Psaume 27: 1 : « L'Éternel est ma lumière et mon salut : De qui aurais-je crainte ? L'Éternel est le soutien de ma vie : De qui aurais-je peur ? »

 

La dernière partie du verset parle de la « houlette» et du « bâton ». La houlette du berger était une tige de bois dur utilisée pour défendre le troupeau contre tout ennemi. Le bâton était plus léger et plus long, comme une canne avec une pointe à l’extrémité. La pointe servait à piquer des brebis imprudentes, et le crochet servait parfois à aider celle qui avait trébuché dans le fossé. Notre berger a également une « houlette » pour nous protéger contre nos ennemis et un « bâton » pour nous  secourir, nous aider et nous corriger.  Ils sont assurément un réconfort pour nous.

 

 

Il nous prépare une fête spirituelle

 

V. 5 : « Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. »

 

En tant qu’Hôte bien intentionné, le Seigneur nous prépare une fête spirituelle en présence de nos ennemis : Satan, les anges déchus et les méchants. Cette fête spirituelle est la Vérité  de Sa Parole. Elle satisfait notre tête et notre cœur comme   rien d'autre ne peut le faire. La traduction de Knox rend ce verset ainsi : « Inquiets, mes ennemis regardent, alors que tu prépares un banquet pour moi ».

 

Dans ce verset, l’ « huile », avec laquelle le Seigneur oint notre tête, ne se réfère pas à  la sainte huile d'onction, mais à l'huile d'olive, qui représente la douceur de la Vérité du Seigneur et les grâces du caractère  chrétien.

 

Notre « coupe » qui « déborde » décrit nos expériences de joie et de chagrin, les   douces et les amères. Même si les deux séries d'expériences débordent, les expériences joyeuses et douces sont plus grandes que les tristes et les amères. Au fur et à mesure que nous mûrissons spirituellement, nous sommes à même de nous réjouir de nos expériences fâcheuses, sachant que le Seigneur les utilise pour  travailler à notre plus grand bien.

 

 

Sa bonté et Sa miséricorde nous  accompagnent

 

V.   6  :  « Oui,  le  bonheur  et  la  grâce  m'accompagneront  tous  les  jours  de  ma  vie,  et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la Sin de mes jours. »

 

La traduction littérale de « nous accompagneront » en hébreu est « me poursuivront ». Au lieu d'être poursuivis par les peurs, les terreurs et d’être piégés et prisonniers   de l'adversaire, en suivant notre Berger et en écoutant Sa voix, nous sommes assurés que Sa bonté et Sa miséricorde nous environneront, qu’elles  veilleront  sur  nous, nous aideront, prendront soin de nous et nous soutiendront au sein de nos épreuves.

 

Le  grand  but  de  notre  course  sera  l'acquisition  de  la  vie  éternelle  dans  l'une des « demeures », des plans d’existence, dans « la maison » de notre Père céleste. Mais même maintenant, nous pouvons saisir la vie éternelle grâce à une foi indéfectible et une pleine espérance en toutes les promesses de Dieu envers les Fidèles.

 

Heureux sommes nous si nous sommes de ces brebis du Grand Berger !  En  Le  suivant et avec les expériences qu'Il nous procure, nous n'aurons ni faim ni soif, mais nous proFiterons de ses « verts pâturages » et de ses « eaux paisibles ». Sa « houlette » et son « bâton » prendront soin de nous, nous corrigeront, nous reprendront et nous guideront. Puissions-nous aimer et avoir conFiance en notre Berger et Son guide ! Soyons réconfortés même au milieu des afFlictions et des épreuves de la vie, sachant qu'elles sont permises par le Seigneur pour notre bénédiction ultime. EnFin, puissions-nous garder la pleine assurance de foi et l'espérance en Dieu et en Christ, que le bon travail qu'Ils ont commencé en nous se poursuivra jusqu’à l’achèvement complet !

 

Retour à la page

d' Articles Principaux

Contact Us